Books

Christian Bobin: joaillier des p’tits riens

July 10, 2015
Christian Bobin: joaillier des p'tits riens

Christian Bobin, c’est de la poésie en prose. Des phrases courtes, frappantes de vérité, provoquant l’éblouissement, une onde de choc qui traverse tout le corps, qui résonne/raisonne dans le coeur. Chaque segment travaillé et retravaillé, comme on polirait un diamant, mais la métaphore ne rend pas justice à l’auteur, car son écriture est d’une pureté authentique et vive, on ne sent pas le labeur (et pourtant!) derrière la construction de ces petits bijoux de romans/poèmes/essais.

Sans trop savoir qui il était, je suis tombée en amour avec sa manière d’écrire, qui laisse suffisamment d’espace au lecteur pour créer les images qui accompagnent l’histoire. Ou plutôt l’inverse. Pour laisser les images elles-mêmes être l’histoire. C’est aérien comme écriture, léger, authentique, c’est la vie, dans tous ces instantanés saisis. Il paraît qu’on appelle ça le fragment, une écriture succincte où l’on représente un moment par petits tableaux. Un mélange de journal, de poésie, de roman. Qu’on lui donne le nom qu’il vous plaira, la forme de Christian Bobin demeure unique, magique.

On dit qu’il est né au Creusot en Saône-et-Loire en 1951, qu’il a étudié la philosophie, et qu’il a même été infirmier en psychiatrie. Peu m’importe. Car si l’expérience de vie influence parfois beaucoup l’écriture, le ton de Christian Bobin est tellement personnel qu’il en devient universel. Il touche là où on se ressemble/s’assemble, en décrivant ses scènes du quotidien, ses événements de vie, qui font qu’on est un peu tous pareils au fond. Un peu à la manière de la douce Catherine , qui écrit aussi sur ces petits riens de la vie qui sont tout en fait.

Quelques-unes de mes citations préférées:

 « L’amour traverse les apparences et en les traversant, il les brûle. » Tout le monde est occupé, p.108

« La mélancolie? Tu as déjà vu une éclipse? Eh bien c’est ça; la lune qui se glisse devant le cœur, et le cœur qui ne donne plus sa lumière. La nuit en plein jour. » La Folle Allure, p.19

 « La pâtisserie et l’amour, c’est pareil – une question de fraîcheur et que tous les ingrédients, même les plus amers, tournent au délice. » La Folle Allure, p.20

« Le jardin : d’un côté le corps, avec les rangées des salades et des tomates. De l’autre côté l’âme, avec un rosier exubérant que les ciseaux du jardinier ne peuvent ramener dans le droit chemin. » La femme à venir, p.89

« Il est temps d’envisager autre chose, tu ne vas quand même pas passer ta vie à travailler. Ce ne serait pas sérieux. » L’équilibriste, p.9

« Il en va de la lecture comme d’un amour ou du beau temps : personne ni vous n’y pouvez rien. On lit avec ce qu’on est. On lit ce qu’on est. Lire c’est s’apprendre soi-même à travers la maternelle du sang, c’est apprendre qui l’on est d’une connaissance inoubliable, par soi seul inventée. » La part manquante, p. 23

« L’émerveillement n’est pas l’oubli de la mort, mais la capacité de la contempler comme tout le reste, comme l’amour et le sombre. » La part manquante, p. 31

« Il vous parle de son école. Comme d’un travail, il en parle. Il a raison, puisque le travail c’est d’être où l’on n’a pas choisi d’être, où l’on est contraint de demeurer – loin de soi et de tout. » La part manquante, p.33

« Le temps passé dans l’amour n’est pas du temps, mais de la lumière. […] Ce n’est pas à un corps qu’on fait l’amour. C’est à un visage. Ce n’est pas à un visage qu’on fait l’amour. C’est à la lumière sur ce visage, à la faible lumière d’un amour sans visage et sans corps.» La part manquante, p. 64

 « Ce sont des jours dont on ne peut rien dire, puisqu’ils sont sans amour. »Isabelle Bruges, p.41

 « Il y a des gens comme ça. Ils vous donnent le bonheur et ce don est pire qu’un vol. » Isabelle Bruges, p.76

 « Le plus bel usage de cette vie, c’est de n’en rien faire. » La plus que vive, p.53

« L’intelligence, c’est proposer à l’autre ce qu’on a de plus précieux, en faisant tout pour qu’il puisse en disposer – s’il le souhaite, quand il le souhaite. L’intelligence, c’est l’amour avec la liberté. » La plus que vive, p.64

 « Tu es celle qui m’empêche de me suffire […] tu m’as donné le plus précieux de tout : le manque […] celle par qui le manque, la faille, la déchirure entrent en moi pour ma plus grande joie. » La plus que vive, p.93

 « Vous reconnaissez vos amis à ce qu’ils ne vous empêchent pas d’être seul, à ce qu’ils éclairent votre solitude sans l’interrompre. » L’inespérée, p. 69

« Le mieux que nous puissions faire en attendant ce jour est de lui rendre sa tâche légère : qu’elle [la mort] n’ait presque rien à prendre parce que nous aurions déjà presque tout donné. » L’inespérée, p.73

« Nos âmes trouvent leur juste poids en même temps qu’elles gagnent en légèreté. » L’épuisement, p. 68

De Christian Bobin, j’ai lu :

  • La part manquante, Gallimard, 1989
  • Éloge du rien, Fata Morgana, 1990
  • La vie passante, Fata Morgana, 1990
  • La femme à venir, Gallimard, 1990
  • Une petite robe de fête, Gallimard, 1991
  • Le Très-Bas, Gallimard, 1992 – Prix des Deux Magots 1993, Grand Prix Catholique de Littérature 1993
  • Isabelle Bruges, Le temps qu’il fait, 1992
  • L’Inespérée, Gallimard, 1994
  • La Folle Allure, Gallimard, 1995
  • La Plus que vive, Gallimard, 1996
  • L’Équilibriste, Le temps qu’il fait, 1998
  • Geai, Gallimard, 1998
  • La Présence pure, Le temps qu’il fait, 1999
  • Tout le monde est occupé, Mercure de France, 1999
  • Ressusciter, Gallimard, 2001
  • Louise Amour, Gallimard, 2004
  • Les ruines du ciel, Gallimard, 2009 (Prix du livre de spiritualité Panorama La Procure
  • L’homme-joie, L’Iconoclaste, 2012

Mais je vous conseille sans la moindre hésitation l’ensemble de son œuvre. Ce ne sont pas les livres qui font l’homme, mais bien l’homme qui fait les livres, et c’est pourquoi je ne doute pas de la qualité de l’œuvre de Christian Bobin.

L’ensemble de l’œuvre de Christian Bobin :

  • Lettre pourpre, Éditions Brandes, 1977
  • Le feu des chambres, Brandes, 1978
  • Le baiser de marbre noir, Brandes, 1984
  • Souveraineté du vide, Fata Morgana, 1985
  • L’homme du désastre, Fata Morgana, 1986
  • Le huitième jour de la semaine, Lettres Vives, 1986
  • Ce que disait l’homme qui n’aimait pas les oiseaux, Brandes, 1986
  • Dame, roi, valet, Brandes, 1987
  • Lettres d’or, Fata Morgana, 1987
  • Préface de Air de solitude de Gustave Roud Éditions Fata Morgana 1988
  • L’enchantement simple, Lettres Vives, 1989
  • La part manquante, Gallimard, 1989
  • Éloge du rien, Fata Morgana, 1990
  • Le colporteur, Fata Morgana, 1990
  • La vie passante, Fata Morgana, 1990
  • La femme à venir, Gallimard, 1990
  • L’autre visage, Lettres Vives, 1991
  • La merveille et l’obscur, Paroles d’Aube, 1991 – Entretiens avec Christian Bobin, (ISBN 2-909096-00-9)
  • Une petite robe de fête, Gallimard, 1991
  • Le Très-Bas, Gallimard, 1992 – Prix des Deux Magots 1993, Grand Prix Catholique de Littérature 1993
  • Un livre inutile, Fata Morgana, 1992
  • Isabelle Bruges, Le temps qu’il fait, 1992
  • Cœur de neige, Théodore Balmoral, 1993
  • L’Éloignement du monde, Lettres Vives, 1993
  • L’Inespérée, Gallimard, 1994
  • L’Épuisement, Le temps qu’il fait, 1994
  • Quelques jours avec elles, Le temps qu’il fait, 1994
  • L’Homme qui marche, Le temps qu’il fait, 1995
  • La Folle Allure, Gallimard, 1995
  • Bon à rien, comme sa mère, Lettres Vives, 1995
  • La Plus que vive, Gallimard, 1996
  • Clémence Grenouille, Le temps qu’il fait, 1996
  • Une conférence d’Hélène Cassicadou, Le temps qu’il fait, 1996
  • Gaël Premier, roi d’Abime et de Mornelongue, Le temps qu’il fait, 1996
  • Le jour où Franklin mangea le soleil, Le temps qu’il fait, 1996
  • Donne-moi quelque chose qui ne meure pas, Gallimard, 1996 – Photographies en noir et blanc d’Édouard Boubat accompagnées des textes de Christian Bobin – rééd. 2010
  • Autoportrait au radiateur, Gallimard, 1997
  • Mozart et la pluie suivi de Un désordre de pétales rouges, Lettres Vives, 1997
  • Geai, Gallimard, 1998
  • L’Équilibriste, Le temps qu’il fait, 1998
  • La grâce de solitude, Dervy, 1998 – Dialogue avec Christian Bobin, Jean-Michel Besnier, Jean-Yves Leloup, Théodore Monod (ISBN 2-85076-959-2)
  • La Présence pure, Le temps qu’il fait, 1999
  • Tout le monde est occupé, Mercure de France, 1999
  • Ressusciter, Gallimard, 2001
  • La Lumière du monde, Gallimard, 2001
  • L’Enchantement simple et autres textes, Gallimard, 2001
  • Paroles pour un adieu, Albin Michel, 2001
  • Le Christ aux coquelicots, Lettres Vives, 2002
  • Louise Amour, Gallimard, 2004
  • Prisonnier au berceau, Mercure de France, 2005 (ISBN 2-7152-2592-X)
  • Une bibliothèque de nuages, Lettres Vives, 2006
  • La Dame blanche, Gallimard, 2007
  • Les ruines du ciel, Gallimard, 2009 (Prix du livre de spiritualité Panorama La Procure
  • Donne-moi quelque chose qui ne meure pas, photos d’Édouard Boubat, Gallimard, 2010
  • Carnet du soleil, Lettres Vives, 2011
  • Un assassin blanc comme neige, Gallimard, 2011
  • Éclat du Solitaire, Fata Morgana, 2011
  • L’homme-joie, L’Iconoclaste, 2012
  • « Le bouclier », La Chair et le Souffle, vol.8, no 2, 2013, p. 48-56
  • La Grande Vie, Gallimard, 2014

You Might Also Like

4 Comments

  • Reply Anonymous November 26, 2016 at 1 h 05 min

    Eveery weekend i used too go to see this site, for the reason that i want enjoyment, since this this web page conations genuineely nice funny material too.

  • Reply Swimming Betting January 2, 2017 at 18 h 15 min

    Its like you read mmy mind! You seem to know
    so much about this, like you wrote the book in it oor something.
    I think that you could do with a few pics to drive the message home a bit,
    bbut instead off that, this is great blog. An excellent read.

    I’ll certaknly be back.

  • Reply Glen May 3, 2017 at 12 h 29 min

    It’sremarkable designed for me to have a website,
    which is helpful for mmy know-how. thanks admin

  • Reply Steve May 12, 2017 at 19 h 48 min

    Right here is the right website for anybody who wishes to understand this topic.

    You knoow so much its almost tough to argue with you (not that I really would want to…HaHa).
    You definitely putt a brdand new spin on a topic that has been written about for ages.
    Excellent stuff, juat great!

  • Leave a Reply